EAU POTABLE

retour accueil

 

appel à candidature réponse 5 juillet 2018 à 18H00 mairie de gommerville
 


MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES








ETUDE DIAGNOSTIQUE DU RESEAU D’EAU POTABLE


 

Cahier des Clauses Techniques Particulières



SOMMAIRE



1 Généralités 3

1.1 Contexte 3

1.2 Objet de l’étude 3

1.3 Résultats des études antérieures et données disponibles 4

2 Présentation de la collectivité et du service 5

2.1 Périmètre de l’étude 6

2.2 Données de production et de consommation 7

2.3 Description du patrimoine 7

2.3.1 Réseau 7

2.3.2 Réservoirs 8

2.3.3 Interconnexions 8

2.3.4 Dispositif de comptage 8

2.4 Performances actuelles 8

3 . Description des éléments de mission 9

3.1 Phase 1 : Etat des lieux et pré-diagnostic 9

3.1.1 Recueil de données 9

3.1.2 Mise à jour et enrichissement du plan du système AEP 10

3.1.3 Visite du château d’eau 10

3.1.4 Analyse de la production et de la consommation 11

3.1.5 Examen de la qualité de l’eau 12

3.1.6 Programme de sectorisation 12

3.1.7 Résultats de phase 1 12

3.2 Phase 2 : Analyse du fonctionnement du système de production et distribution 13

3.2.1 Mesures sur le réseau 13

3.2.2 Pré-localisation des fuites par sectorisation 14

3.2.3 Résultats de phase 2 14

3.3 Phase 3 : recherche fine de fuites et risque CVM 15

3.3.1 Localisation fine des fuites 15

3.3.2 Recherche de CVM 15

3.3.3 Résultats de phase 3 15

3.4 Phase 4 : Elaboration du schéma directeur eau potable 16

3.5 Déroulement de l’étude 17

3.5.1 Organisation des réunions 17

3.5.2 Rapports de présentation 18





1
Généralités

1.1Contexte


Suite à une année 2015 marquée par de nombreuses fuites du réseau sur la commune de Gommerville, la municipalité a décidé d’entamer un renouvellement des secteurs sensibles.


En 2017, c’est le bourg d’Orlu qui a fait l’objet d’un diagnostic et de travaux de réduction de pertes.


Sur le bourg de Gommerville, victime de nombreuses fuites et réparation, la commune va procéder à un enfouissement des réseaux aériens dans le bourg à l’horizon 2019.


La commune a jugé opportun de lancer un diagnostic afin de procéder à un programme de travaux en amont des travaux d’enfouissement.


1.2Objet de l’étude


L’étude de diagnostic eau potable a pour but de présenter aux élus l’état des lieux du réseau et du service eau potable et de proposer les solutions techniques les mieux adaptées. Ces solutions devront répondre aux objectifs suivants :

L’étude doit être réalisée avec le souci de fournir aux décideurs l’information la plus précise possible en matière d’actions à engager, d’améliorations, d’investissements à réaliser, le tout traduit au niveau du prix du service – impact sur le prix de l’eau.

La démarche proposée prévoit que le Maître de l’ouvrage et son conducteur d’opération associera les élus de la Collectivité, les services du Département, de l’Agence de l’Eau et de l’Etat, aux réflexions et au suivi de l’élaboration du schéma directeur de distribution.

L’élaboration du schéma directeur se décomposera en quatre phases principales :

1.3Résultats des études antérieures et données disponibles


Le Maître d’Ouvrage et l’exploitant mettront à disposition les documents suivants (consultables dans les bureaux des détenteurs) :


- Plans des réseaux réalisés par Hydracos en 2001 au format DWG


2Présentation de la collectivité et du service

Situé à 7 km d’Angerville (4 000 habitants), et à 16km de la sortie 11 de l’A10 (Axe Paris-Bordeaux), la commune de Gommerville est idéalement située, entre ruralité et proximité d’un bourg dynamique.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 








La commune de Gommerville se compose de :

2.1Périmètre de l’étude



L’étude de diagnostic eau potable concerne la commune de GOMMERVILLE, hors le hameau d’ORLU (déjà réalisé) ce qui représente environ 680 habitants.

La commune de Gommerville (hors Orlu) possède un réseau de 10,3 km de long.

Secteur « Grandville » : 1,28 km

Distribution depuis le regard d’interconnexion devant le CE

Secteur « Sud » : 4,54 km

Distribution depuis le regard d’interconnexion devant le CE


Gommerville : 3,95 km

Distribution depuis le regard d’interconnexion devant le CE


Secteur « Gaudreville » : 0,51 km

Distribution depuis le regard d’interconnexion devant le CE




2.2Données de production et de consommation



La commune de Gommerville (hors Orlu) achète l’intégralité de son eau au SIAEP de Baudreville par 3 points de comptage :




Volumes achetés (m3)

2014

35 802

2015

55 387

2016

43 421


Sur l’année 2015, une fuite sur un compteur abonné à entrainer une grosse perte en eau sur Gaudreville.

Nous pouvons néanmoins remarquer que le volume acheté a augmenté depuis 2014.

2.3Description du patrimoine

2.3.1Réseau

Le réseau de la commune de Gommerville est majoritairement en Fonte. Seules quelques antennes en PVC sont recensées.


Matériaux

Linéaire (ml)

Fonte

8 138

PVC

1 056

indéterminé

1 074

Total

10 268



La commune de Gommerville (hors Orlu) dispose de 7 poteaux incendie sur son réseau.

2.3.2Réservoirs

Aucun des 3 réservoirs présents sur la commune n’est en service.

2.3.3Interconnexions

La commune de Gommerville achète l’intégralité de son eau au SIAEP de Baudreville par 3 points de comptage :


2.3.4Dispositif de comptage

3 compteurs sont existants, aux 3 raccordements des interconnexions.




2.4Performances actuelles


Année

Volume Acheté

Volume facturé

ILC
(m3/j/km)

ILP
(m3/j/km)

Etat du réseau

2014

35 802

27 124

7,24

2,32

Acceptable

2015

55 387

21177

5,65

9,14

Mauvais

2016

43 421

30 241

8,08

3,52

Médiocre


Avec un ILC inférieur à 10 m3/j/km, la commune de Gommerville est classée en « Rural ».

L’ILP suit la tendance du rendement en passant de 2,32 m3/j/km à 3,52 m3/j/km, avec un pic en 2015 du fait de la fuite sur le branchement.



Le réseau classé acceptable en 2014 est désormais classé en médiocre.


3.
Description des éléments de mission


Une réunion de lancement sera organisée et permettra au bureau d’études techniques (BET) d’exposer :



3.1Phase 1 : Etat des lieux et pré-diagnostic

3.1.1Recueil de données

L’historique de l’exploitation du réseau doit permettre au chargé d’études d’avoir une vision d’ensemble des événements survenus sur le système de distribution :

La collecte des informations et documents existants sur les conditions actuelles de fonctionnement du réseau sera réalisés auprès des services compétents dans les domaines suivants : 



3.1.2Mise à jour et enrichissement du plan du système AEP

L’exploitant fournira les plans des réseaux numérisés.

Le bureau d’études devra réaliser un synoptique du système d’alimentation en eau potable permettant de comprendre et d’appréhender son fonctionnement de manière simple.

Les plans du réseau ainsi que toutes autres informations du service sont intégrés et calés sur le fond de plan cadastral.

Lors de la visite des ouvrages, une mise à jour des plans sera réalisée lorsque des données complémentaires, ou contradictoires avec celles existantes, auront été collectées.

Celles ci pourront concerner, entre autres, les données suivantes :


Chaque objet sera positionné et décrit précisément. Le bureau d’étude mentionnera l’état de l’objet et évaluera sa manœuvrabilité, son étanchéité, son accessibilité. Les ouvrages ainsi localisés seront reportés sur le plan du réseau d’eau potable.


En complément le BET réalisera l’élaboration du système SIG (Système d’Information Géographique) du système d’alimentation en eau potable de la Collectivité. Les différentes données seront organisées sous formes de couches superposables les unes aux autres (réseau, ouvrages, travaux, fond de plan,…). Les données seront rendues à la Collectivité sous le format Shape (ESRI) compatible avec QGIS dans la projection Lambert 93.


Afin de répondre aux arrêtés du 15 février 2012 et du 19 février 2013, le BET effectuera la déclaration de l’implantation des réseaux sur le site www.reseaux-et-canalisations.gouv.fr.


3.1.3Visite du château d’eau

Le bureau d’études devra vérifier dans la mesure du possible sur le terrain les renseignements obtenus auprès des services compétents et compléter si nécessaire les observations de terrain par des suppléments d’enquête.


Une reconnaissance générale du réseau sera effectuée. Les principaux constats et anomalies répertoriés feront l’objet d’un reportage photographique avec repérage sur plan. Les objectifs recherchés par les visites de terrain seront multiples : 


Seront obligatoirement visités :

Une expertise de tous les ouvrages sera faite et comprendra la description des équipements (schémas, photographies, valeur de tarage pour appareils de régulation,…), et l’évaluation de leur état (aspects sécurité, état du génie civil,…).

De plus, concernant les vannes, les compteurs et les débitmètres existants, le bureau d’études devra vérifier et s’assurer en perspective de la campagne de mesures ultérieure :



3.1.4Analyse de la production et de la consommation

A partir des données pluriannuelles de production et de consommation (minimum les cinq dernières années de données), un premier bilan doit être établi pour chaque secteur de distribution. Il doit permettre d’identifier et de comprendre les évolutions en période normale et de pointe :

Une analyse critique de ces données sera effectuée.

En préalable, le programme de renouvellement des compteurs sera analysé de manière critique (pyramide des âges) de façon à appréhender la fiabilité des données de consommation.

Les gros consommateurs (agriculteurs et ou industriels) feront l’objet d’une enquête par questionnaire afin de déterminer l’importance de leurs besoins. Le BET dressera à partir du fichier « abonnés », une liste d’abonnés présentant une consommation anormalement faible. Cette liste sera recoupée avec la liste des captages privés répertoriés précédemment et exploitée par la Collectivité et son exploitant : contrôle des installations privées afin de s’assurer de l’absence d’interconnexions avec le réseau public, détection des volumes non facturés mais assainis.

Le BET établira une évaluation des volumes non facturés en distinguant les erreurs de mesures, les besoins du service (lavages, purges du réseau…), les volumes incendie, les arrosages, les fuites et autres volumes non comptabilisés.

Ces différents éléments permettront, par secteur, de qualifier la situation actuelle au travers des ratios caractéristiques :

Ces données seront analysées pour voir comment va évoluer la consommation dans les années à venir en fonction des prévisions démographiques.

3.1.5Examen de la qualité de l’eau

Le chargé d’études dressera un bilan de la qualité de l’eau à la production et à la distribution et évaluera les problèmes éventuels liés à la qualité de l’eau sur la base des données les plus récentes. Pour cela, le BET s’appuiera sur les analyses réglementaires existantes des 5 dernières années, sous forme de graphiques) et n’engagera pas de mesures complémentaires.

Il devra également identifier les canalisations en polychlorure de vinyle susceptibles de contenir du chlorure de vinyle monomère (CVM) résiduel, risquant de migrer vers l’eau destinée à la consommation humaine (cf . instruction n° DGS/EA4/2012/366 du 18 octobre 2012 du ministère des Affaires sociales et de la santé).

3.1.6Programme de sectorisation

A l’issue de cet état des lieux et du pré-diagnostic, le bureau d’études proposera la réalisation d’un plan de sectorisation. Les projets seront discutés et validés avec le comité de pilotage.

Le BET utilisera le matériel en place et, si nécessaire, proposera l’installation d’équipements supplémentaires (mesures de débits, pressions…). Dans ce cas, il en déterminera les caractéristiques, quantités, emplacements ainsi que le coût prévisionnel du programme.

Les objectifs de cette étape sont notamment les suivants :

3.1.7Inventaire des branchements en plombs

Le BET chiffrera en option une campagne d’identification et d’enquête des branchements en plomb restant sur la commune.

Cette enquête devra faire ressortir les éléménts suivant :

Le BET chiffrera sur la base de 50 branchements en plomb, ou potentiellement en plomb.

3.1.8Résultats de phase 1

Au terme de cette phase, le chargé d’étude devra remettre au Maître d’Ouvrage un rapport d’état des lieux et pré-diagnostic, comprenant, entre autres les éléments suivants :

3.2Phase 2 : Analyse du fonctionnement du système de production et distribution

3.2.1Mesures sur le réseau

Une campagne de mesures sera menée au minimum sur deux semaines. Les suivis devront couvrir week-ends et jours ouvrés, de façon à mesurer les variations de consommation, domestiques et industrielles. Ces mesures consisteront au suivi :

Le programme quantitatif suivant est proposé (conforme au Détail Quantitatif Estimatif) :

Nature des mesures proposées

Nombre de points de mesures prévus

Méthodologie de la mesure

Pression sur réseau

3

Définie par le candidat

Débit sur réseau

3

Définie par le candidat



La campagne de mesures doit avoir pour objectif :



Un programme type de mesures à réaliser sera défini par le BET dans le cadre de son offre : description des paramètres suivis, conditions de mesure, emplacement, durée, matériel, moyens mis en œuvre. Ce programme sera affiné en cours d’étude et validé à l’issue de la phase 1. Le BET fournira à cette fin le plan d’implantation des points de mesure avec un programme définitif détaillé.

3.2.2Pré-localisation des fuites par sectorisation

Parallèlement à la phase de mesures sur le réseau, les vannes seront manipulées de nuit de façon à isoler les différents secteurs. L’offre inclura 2 nuits de sectorisation.

Cette sectorisation doit également permettre de caler le modèle hydraulique, de mettre à jour les ratios caractéristiques sur chaque secteur et de proposer des modalités d’intervention pour la campagne de recherche fine de fuites.

Il appartient au BET dans le cadre de son offre et de sa méthodologie de définir un programme type de sectorisation à réaliser. Ce dernier précisera ce programme à l’issue de la phase de mesures.



3.2.3Résultats de phase 2

Au terme de cette phase, le chargé d’étude devra remettre au Maître d’Ouvrage un rapport du fonctionnement du système de distribution d’eau, faisant état au travers d’une note de synthèse des éléments suivants :



3.3Phase 3 : recherche fine de fuites et risque CVM

3.3.1Localisation fine des fuites

A partir des résultats de la phase 2, chaque secteur pourra faire l'objet d'une recherche fine de fuites.

La recherche des fuites et leur localisation seront alors effectuées sur les secteurs prioritaires selon la méthodologie proposée par le bureau d’études. Il étudiera et justifiera dans ce cadre l'opportunité et l'efficacité de mise en œuvre des différentes méthodes de recherche de fuites préconisées (corrélation acoustique, gaz traceur) en fonction des conditions locales (état et structure des réseaux, milieu urbain ou péri-urbain, matériel, formation du personnel etc.).

Il appartient au BET dans le cadre de son offre et de sa méthodologie de définir un programme type de recherche de fuites à réaliser. Ce dernier précisera ce programme à l’issue de la phase sectorisation. En première approche le BET établira son offre sur 10% du linéaire de réseau, soit 1km.

Les réparations éventuelles seront effectuées par le délégataire en place. Afin d’en vérifier l’efficacité, les données récupérées par la télégestion de l’exploitant seront récupérées et analysées par le BET sur les secteurs ayant subi des réparations.



3.3.2Recherche de CVM

Sur chaque tronçon à risque (PVC antérieurs à 1980, PVC non daté et matériau inconnu) où le temps de séjour est élevé (supérieur à 2 jours), une analyse de CVM est réalisée.


3.3.3Résultats de phase 3

Au terme de cette phase, le chargé d’étude devra remettre au Maître d’Ouvrage un rapport de recherche de fuites, faisant état au travers d’une note de synthèse des éléments suivants :


3.4Phase 4 : Elaboration du schéma directeur eau potable

L’objectif de cette dernière étape est l’élaboration d’un programme d’actions au vu des conclusions des investigations précédentes, à court, moyen et long terme. Ces propositions comprendront notamment :

Le prestataire examinera "l'autosuffisance" du réseau (caractéristiques en pression, débit et volumes) en déterminant les secteurs qui peuvent être urbanisés sans renforcement du système de distribution pour les besoins eau potable et incendie.

Chaque proposition, quels que soient les équipements concernés, comprendra à minima :



En complément, ces propositions pourront répondre à la problématique d’amélioration de la couverture incendie, l’objectif premier étant toujours l’amélioration de l’alimentation en eau potable.

Ces différentes propositions pourront être hiérarchisées au regard des différents critères que le bureau d’étude s’efforcera de définir.

Une fois l’orientation arrêtée par le Comité de pilotage, le bureau d’études formalisera la ou les propositions retenues sous forme d’un document intitulé « Schéma directeur de distribution en eau potable » qui comprendra :

3.5Déroulement de l’étude

3.5.1Organisation des réunions

L’étude sera suivie par un Comité de pilotage regroupant :

Il est prévu avec la commune :

3.5.2Rapports de présentation

Les rapports de présentation devront être fournis à la Collectivité et aux membres du Comité de pilotage dans les conditions suivantes :




Nombre d’exemplaires papier

Nombre d’exemplaires numériques

Commune

3

1

Conseil Départemental

1

1

Agence de l’Eau

1

1

Nota : pour le format numérique, formats DOC, XLS, DXF ou DWG (AUTOCAD 2004) exigés.

Les dossiers provisoires devront parvenir aux membres du Comité de pilotage au moins 10 jours avant la réunion de présentation. Les membres du Comité de pilotage pourront, après lecture, demander au chargé d’étude tout éclaircissement ou précision sur les points qui leur sembleraient insuffisamment détaillés. La maîtrise d’ouvrage se réserve le droit de demander toute précision concernant le travail effectué par le chargé d’étude dans un délai de un an à compter de la date de livraison de l’étude sans que ce dernier ne puisse s’y opposer. Des supports attractifs et intelligibles seront utilisés au cours de ces réunions (vidéo - projection).

Le bureau d’études décrira dans son offre les vecteurs de communication qu’il propose d’utiliser.



Lu et accepté

A …………………...


Le …………………...

   

Le bureau d’études

 




























PU €HT Quantité Montant €HT


Receuil des données
Forfait - €


Mise à jour et enrichissement des plans
Forfait - €


Analyse de la production et de la consommation
Forfait - €


Examen de la qualité de l'eau
Forfait - €


Programme de sectorisation
Forfait - €


Rapport et Présentation de la Phase 1
Forfait - €


Total Phase 1 - €


Mesures sur le réseau:
3 Pressions et 3 Débit durant 15j

Forfait - €


2 Nuits de sectorisation
Forfait - €


Rapport et Présentation de la Phase 2
Forfait - €


Total Phase 2 - €


Recherche de fuites par corrélation accoustique sur 1km
Forfait - €


Recherche de CVM y compris analyses
Forfait - €


Rapport et Présentation de la Phase 3
Forfait - €


Total Phase 3 - €


Réalisation d'un schéma directeur de travaux
Forfait - €


Rapport et Présentation de la Phase 4
Forfait - €


Total Phase 4 - €


TOTAL BASE €HT - €














Option PU €HT Quantité Montant €HT


Enquête des branchements suspecté d'être en plomb et identification des travaux à réaliser pour les remplacer
50 - €


Total Option - €










Total Base + Option €HT - €




TVA 20% - €




Total €TTC - €

Prix de l'eau 2017 : 1,30 € part communale  
Taxe Conseil Général 0,067 €
Taxe Agence de l'eau Seine Normandie 0,38 €
Participation Syndicat de Baudreville  1,50 €  

En 2017, Gommerville a facturé 31 000 m3 d'eau au Syndicat de Beaudreville 
Consommation réelle facturée par le Syndicat de Baudreville 35 000, 903 soit une perte de 14%
Les normes moyennes sont de 20 à 30% de pertes, fuites, compteurs d'eau hors service

RAPPORT D’ACTIVITE DU SYNDICAT

Le syndicat compte 10 communes membres ;Le syndicat dispose d’un château d’eau de 950 m3 à plus de 50 mètres de hauteur,42 km de canalisation qui relient nos communes.

Les châteaux d’eau des 10 communes sont désaffectés, chaque commune dispose au minimum d’un comptage, télé relevé qui lui est fourni toutes les semaines. La pression de service

est adaptée à son réseau.

En 2009 : 172791 m³, en 2012 : 145 729 m³ ; m³ en baisse chaque année grâce aux efforts des communes, sont facturés à 0.88 euros

Trois forages ont été réalisés par le conseil général.

Le forage: F1 est réalisé, en 1999, au « bois du moulin », à la suite d’un différent avec un voisin (procédure) le château d’eau a été édifié à 1.5 km de cet endroit au

lieu dit « Bois des châtaigniers ». Lors d’une nouvelle campagne de test, à l’heure du déjeuner, le forage a été pollué (lindane + fluzilazole + chlorpyriphos éthyl)

après purge, irrigation par un agriculteur, plus divers essais ; en 2009 eau non conforme.

Le forage : F2 est réalisé en 2004 tubage en acier de 324 de diamètre à 90 m, lors de sa mise en service surprise le taux de fer très supérieur aux normes. Arrêt, une déferrisaton est mise en place, (2 ans).Lors de la mise en marche la pompe ne débite plus selon les prévisions, la crépine est obstruée par des bactéries ferreuses, montée de pompe nettoyage du tubage

redescente de pompe, 2 ans après, la pompe lâche, ainsi qu’un compresseur de la déferrisation l’année suivante. Nous avons acheté une pompe de secours

- Décembre 2012 détérioration de pièces à la déferrisation due à la présence de sable.
- Début Janvier 2013 le sable obstrue la tuyauterie (il ne passe plus que 7 m3/H) l’affermeur s’oblige à 2 nettoyages par semaine. Nous décidons d’un passage caméra. Le 18 Janvier 2013, j’en informe Monsieur le sous Préfet Blaise GOURTAY à Voves (lors des voeux du député P. Vigier) que nous serons peut être obligés de prendre des mesures d’urgence pour éviter autant que possible à 10 communes d’être sans eau. Le 22 Janvier, passage de la caméra : 12 m de sable sont déposés au fond, le tubage est très oxydé, percé, nous pouvons perdre le forage F2 très rapidement. Le conseil syndical décide la mise en marche de F1 (si F2 nous lâche) avec la pompe de secours. Après test et analyse, l’eau sera interdite à la boisson.

2 Apres avoir pris contact avec le service de la légalité et selon son conseil nousavons pris une délibération pour une situation d’urgence impérieuse pour nous permettre de mettre en place les moyens les plus rapides d’équipement de forage F3 « Faverolles ».

Malgré tout, nous avons lancé un appel offre pour la maîtrise ainsi que pour les travaux ; 9 entreprises ont été sollicitées. Afin de préserver nos finances : Forage F3 : Réalisé en septembre 2011, l’ Hydrogéologue, après de nombreux mois a rendu son rapport et le DUP est en cours. Le 5 Mars 2013 passage de la caméra, dans le forage F3, le tubage n’est pas en bon état (sans avoir servi) nous pensons que dans 4 ans nous pourrons le perdre. Le comble le tubage de F3 n’est pas droit. Le débit espéré est de 40m³ Les travaux ont débuté le 18 mars 2013. Le Syndicat souhaite alimenter ses 10 communes avec F3, à débit limité (après analyse dérogation etc…) pendant quelques mois. Réhabiliter F2 avant la fin de l’année, ou faire un nouveau forage dans la même enceinte puis,
Recrépiner F3 afin de travailler avec les 2 en débit limité. F1 reste si possible en secours (eau non conforme).

A Baudreville le 17 avril 2013

Le Président COUTURIER G.

EAU POTABLE ANALYSE affichée en mairie et à la demande de chacun

 

retour accueil